SYSTEME D'AIDE A LA TRADUCTION  : Mémoire de traduction

Base théorique

Travaux pratiques

 

Bref historique...

Depuis les débuts des années 1980 à nos jours, les systèmes de mémoires d’aide à la traduction se sont multipliés ; l’idée a été initiée à l’origine par Alpnet et exploitée depuis par des programmes tels que IBM Translation Manager, Translator’s Workbench, Déjà Vu, Trados, Wordfast, Eurolang, entre autres. Actuellement, les systèmes de mémoires de traduction les plus sophistiqués constituent une base de données très élaborée munie d’outils de contrôle de documents (éditeur, localisateur et analyseur statistique), de fonctions de gestion de données terminologiques et textuelles (outil de gestion terminologique et concordancier) outre les algorithmes de mise en correspondance des phrases (alignement) et des mots ou termes (extraction terminologique).

Introduction

Cet exposé décrit la manière dont un système de mémoire de traduction pourrait être enseigné dans un cours de traduction. On admet d'emblée que les connaissances des technologies d’un poste de travail sont primordiales pour la formation du traducteur professionnel moderne. Le cours qui sera dégagé de cet exposé entend favoriser une formation professionnelle avancée des traducteurs et pourrait être, en conséquence, une ressource pédagogique pour les formateurs de traducteurs.

Ainsi, le formateur ne devrait pas perdre de vue quelques points importants :

  • L’enseignement des systèmes de mémoire d’aide à la traduction peut s’avérer moins passionnant qu’un système de traduction automatique par exemple. La raison étant que l’expérience pédagogique dans ce domaine a montré que, contrairement à ce dernier, une mémoire de
  • traduction (MT) n’est efficace que lorsqu’elle est bien fournie. L’étudiant ne peut profiter pleinement de ses avantages avant d’avoir stocké une quantité importante de données dans la mémoire du système. Donc, le formateur doit être vigilant à ce que l’étudiant ne se démotive pas et ne se désengage pas au début du travail.
  • Une autre réalité à laquelle on est souvent confronté lorsqu’on dispense un cours de MT est la complexité des interfaces et la multiplicité des fonctions des logiciels de mémoire de traduction. A cet égard, le formateur devrait insister sur les fonctions de base du système et laisser les options avancées du programme vers la fin du cours, une fois l’étudiant est habitué au poste de travail.
  • Ajoutons à cela, l’appréhension générale vis-à-vis des outils technologiques dans le traitement des langues et les à-priori quant à l’importance de leur apport à la traduction humaine en particulier.

Dans cette optique, une approche ingénieuse dans l’enseignement de ce cours, à la fois théorique et concrète, est indispensable pour assurer une bonne compréhension du fonctionnement des systèmes de mémoire, d’une part, et l’efficacité de ces outils dans la gestion du flot du travail de traduction, d’autre part. Il serait, par conséquent, important pour le formateur de commencer le cours en évoquant une situation réelle d’un projet où les textes sont répétitifs ou spécialisés et présenter, clairement et concrètement, l’intérêt du travail à l’aide d’une mémoire de traduction.

Pour préparer l’apprenant à la pratique professionnelle de la traduction, nous proposons d’examiner les principaux éléments constitutifs d’une mémoire de traduction (MT) et les étapes à suivre pour présenter, clairement et concrètement, l’intérêt du travail à l’aide d’une MT. Ainsi, cet exposé de cours fournie une ressource pédagogique de base que le formateur sera amené à exploiter et à compléter selon les besoins. Il sera réparti en deux volets : base théorique et travaux pratiques.

Dans la première partie, Base théorique, nous présentons une description des notions clés de ce cours (définition de la MT, scénarios de référence, alignement) et les étapes du processus (préparation de la MT, alimentation de la MT, importation/exportation, exploitation et gestion d’une MT).

Dans la deuxième partie, Travaux pratiques, nous proposons un entraînement à la mise en application des notions précédentes par des exercices pratiques qui exposent, entre autres, les étapes de travail et les scénarios pédagogiques appropriés.